Migrer de Twitter à Mastodon : quelques trucs – Marie-Cécile Godwin
Catégories
Publications

Migrer de Twitter à Mastodon : quelques trucs

Je suis en pleine migration depuis Twitter jusqu’à Mastodon. Voici ma petite liste évolutive de ressources utiles pour toutes les personnes dans ma situation qui se poseraient des questions sur le « grand saut » vers Mastodon.

Dernière mise à jour : mardi 8 novembre 2022

Quelques bases

Twitter et Mastodon sont construits sur des métaphores différentes. Au premier abord, cela peut paraître compliqué. Je vous donne les petits trucs qui m’ont aidée à comprendre leurs différences :

La plateforme Twitter est basée sur un logiciel développé en interne, chez Twitter. Ce logiciel est installé au sein de la même entreprise, ou en tout cas sur des serveurs qui lui appartiennent (je simplifie). Aujourd’hui, il n’y a qu’une plateforme Twitter en service. [EDIT] Cette plateforme est aux mains d’un milliardaire classiste et suprémaciste blanc connu pour maltraiter ses employés et les décourager du droit de se syndiquer.

Maintenant, imaginez que le logiciel développé par Twitter soit disponible en téléchargement et installable sur n’importe quel espace serveur proposé par un hébergeur classique : OVH, Alwaysdata, ou même un CHATON. Vous pourriez télécharger ce logiciel, l’installer sur un espace d’hébergement et ainsi avoir votre propre plateforme Twitter, avec vos utilisatrices et utilisateurs. Vous feriez la modération vous-même, là où chez Twitter, elle est déléguée à des employé·es ou à des sous-traitants. Vous auriez le droit de décider et d’appliquer vos propres règles de modération et décréter, par exemple, que les nazis n’ont pas le droit d’utiliser votre plateforme à vous.

Néanmoins, comme votre propre Twitter et le Twitter d’origine partagent le même code source, imaginez que vous pourriez tout de même suivre des personnes qui ont leur compte sur le Twitter d’origine…

Je viens de vous décrire les grands principes de Mastodon.

En résumé, Mastodon est un logiciel libre et gratuit, installable par n’importe qui. Le code et le fonctionnement de Mastodon sont basés sur le protocole ActivityPub.

On n’ouvre pas un compte SUR Mastodon comme on le fait SUR Twitter (qui est donc une plateforme unique avec une seule installation du logiciel Twitter). On va plutôt ouvrir un compte sur une instance de Mastodon installée sur un serveur. Ce compte sera compatible avec tous les autres comptes que n’importe qui aurait ouvert sur une autre instance (installation) de Mastodon.

Vous utilisez déjà un logiciel basé sur un standard similaire : certains hébergeurs, comme gmail ou Protonmail, vous fournissent un compte e-mail (la 2e partie de votre adresse e-mail après le caractère @ trahit quel fournisseur vous avez choisi) et vous donnent accès à leurs serveurs qui hébergent vos e-mails chéris et vous les envoient en temps voulu. Vous pouvez écrire un e-mail à n’importe qui d’autre sur la planète qui possède un compte e-mail chez n’importe quel fournisseur, autrement dit quelle que soit la deuxième partie de leur adresse e-mail après le @.

Je fais un raccourci, mais Mastodon est un peu basé sur le même principe : les instances Mastodon sont comme des fournisseurs de service. Vous choisissez une instance Mastodon (une installation du logiciel sur un serveur) qui va vous fournir un compte compatible avec Mastodon et qui vous permettra de suivre et d’interagir n’importe qui qui dispose aussi d’un compte compatible avec Mastodon. (C’est même un peu plus vaste que ça, puisque votre compte Mastodon est en pratique compatible avec n’importe quel autre logiciel qui utilise le protocole ActivityPub, mais j’essaie de rester compréhensible 😅)

Comme Mastodon est fait de code libre, lui-même basé sur un protocole open source, les personnes qui l’installent sur leur serveur peuvent modifier leur installation de Mastodon comme elles le souhaitent. Selon l’instance que vous choisirez pour créer votre compte, certaines fonctionnalités peuvent être légèrement différentes : nombre maximum de caractères, apparence et couleurs de l’interface web, décompte des favoris ou des retweets visibles ou pas, emojis personnalisés… Certaines instances sont thématiques, régionales, et que sais-je encore.

Les différences fondamentales

  • La décentralisation : Mastodon est construit sur un modèle décentralisé. Chaque instance de Mastodon peut survivre telle quelle. Il en naît et meurt chaque jour sans que cela n’affecte vraiment le réseau entier.

    Si Twitter fermait demain, elle emporterait avec elle TOUS les comptes que quiconque aurait ouvert depuis sa création sur sa plateforme historique. Twitter est un service unique qui impose sa propre manière de fonctionner, Mastodon est un logiciel libre que chacun·e installe sur un serveur et décide d’en faire ce qu’il/elle veut indépendamment du logiciel « de base » développé et amélioré par une poignée de personnes qui le font sur leur temps libre.
  • Le modèle économique (inexistant, de fait 😬) Mastodon n’a pas d’objectifs financiers, d’actionnaires, de dirigeants. Il y a un « développeur principal » qui écoute (plus ou moins) la communauté (bien souvent faite d’hommes blancs cis à profil ingénieur). Mais ce développeur, bien qu’en première ligne pour décider des évolutions du logiciel, ne peut empêcher personne d’installer son propre Mastodon sur un autre serveur et y apporter des modifications fondamentales pour améliorer la modération, l’affichage des messages, etc.

    Le fonctionnement de Twitter est basé sur la captologie et l’aggrégation de données personnelles de ses utilisateur·ices afin d’influencer leurs décisions, notamment de consommation. C’est d’ailleurs son seul modèle économique, puisque c’est par l’exploitation et la revente de tout ce que nous publions sur cette plateforme à des fins publicitaires que l’entreprise vit grassement (sans oublier les milliards injectés par ses actionnaires)

    Attention, ne nous méprenons pas. Il y a de la pub sur Mastodon, il y a aussi des bots. Il y a parfois des nazis et des personnes toxiques, comme des MRA (Men’s rights activists) ou tout simplement une grande proportion de Jean-Michel Ouin-Ouins. Mais la manière même dont Mastodon a été conçu permet de régler finement ce que chaque instance peut faire. Par exemple, il est possible de bloquer des instances entières : chaque administratrice ou administrateur d’une instance peut choisir de bloquer telle ou telle autre instance de Mastodon. Des expérimentations très intéressantes ont eu lieu, comme par exemple des actions de bloquages massifs d’instances de publicité ou de profils néo-nazis. On a vu passer des toots disant « Montrons-leur qu’ils ne sont pas les bienvenus ici ».
  • La démocratie : la modération n’étant pas limitée à une seule grande autorité qui décide ce qui est bon à garder ou pas (ಠ_ಠ > Twitter et sa modération plus que discutable qui finit très souvent par blâmer et pénaliser les personnes harcelées plutôt que leurs harceleurs, et dont l’insuffisance promet d’être grandement augmentée sous la direction de M*sk). Chaque instance Mastodon propose son propre code de conduite, sa propre vision de ce qu’elle considère comme acceptable ou pas en terme de contenu ou de comportement. Par exemple, certaines instances autorisent la nudité, mais sous réserve de masquer son contenu derrière un « CW », ou content warning, une fonctionnalité ô combien utile qui manque cruellement à Twitter, et pas que pour la nudité.

    En termes de démocratie, Twitter n’est tout simplement pas une plateforme démocratique. Son ou ses dirigeants ne sont pas élus, ils ne sont pas déboutables par les voix ou la volonté des utilisateur·ices, ils ont droit de vie ou de mort sur la plateforme, son fonctionnement et son contenu. Le contrat est unilatéral et les modalités de fonctionnement et d’utilisation peuvent changer à tout moment.

    Sur Mastodon, vous avez la liberté totale de choisir l’installation de Mastodon où créer votre compte. Mieux encore : vous avez la possibilité de migrer votre compte vers une autre installation assez facilement ! C’est ce que j’ai fait il y a quelques années en passant de l’instance très populaire mastodon.social pour créer un compte sur mastodon.design. Les modalités de modération ou les fonctionnalités de cette installation ne vous plaisent plus ? Vous avez la possibilité de changer, en ne perdant aucun follower / following, sans perte de confort. A contrario, si les règles de Twitter vous déplaisent, vous n’avez que deux choix : subir ces règles, ou fermer votre compte et abandonner tout votre contenu et vos contacts… À lire : « Les médias sociaux ne sont pas des espaces démocratiques » sur le Framablog

Choisir la bonne instance

Si vous souhaitez migrer de Twitter à Mastodon, vous allez devoir commencer par choisir une installation de Mastodon où ouvrir votre compte.

Les instances se différencient :

  • par leur apparence (thèmes) et par les petites différences de fonctionnalités (citer des toots, décompte de retoots, etc),
  • par la manière dont elles sont modérées et dont les règles s’appliquent : chaque instance a son propre code de conduite et sa manière de l’appliquer,
  • par quelles instances elles décident de bloquer (pratique si vous n’avez plus jamais envie de voir le contenu d’un certain groupe de personnes),
  • par les personnes que vous y trouverez : chaque instance a sa timeline locale faite de tous les toots des personnes qui ont un compte sur cette instance, comme vous. Ça peut devenir vraiment très intéressant si vous décidez de choisir une instance qui réunit des personnes ayant les mêmes intérêts que vous, comme les jeux de rôles ou le tricot parmi plein d’autres.
  • par leur longévité : qu’elles soient petites ou grandes, les instances ne sont pas immortelles. Certain·es admins fatiguent sous la charge de travail ou ferment leur instance pour des raisons de coût. Si l’instance sur laquelle vous avez votre compte ferme, vous devrez créer un nouveau compte ailleurs et migrer votre contenu. Il existe quelques outils pour récupérer ses followers / followings et les « migrer » vers un nouveau compte, j’ai quitté Mastodon.social (une instance bien trop grande et très peu intéressante) pour Mastodon.design, que j’ai administrée pendant un moment. La migration s’est faite sans douleur grâce à la fonctionnalité dorénavant intégrée à Mastodon : dans les options d’édition de votre profil, vous pouvez spécifier le nouveau compte vers lequel vous migrez.

Mastodon propose également une fonction de téléchargement de toutes vos données, histoire de faire suivre vos followers et d’éventuellement récupérer vos anciens toots.

Si les intérêts des personnes de l’instance ou le code de conduite vous importent peu, je vous conseille de choisir votre instance en fonction du langage qui y est parlé, ou du pays / ville / réseau / écosystème que vous fréquentez. J’ai vite compris que l’instance « mère », mastodon.social, n’est pas forcément une bonne idée. Beaucoup de personnes choisissent cette instance en premier choix, ne sachant pas trop où aller. Mais Mastodon étant par principe un système décentralisé, il est logique d’encourager d’autres instances plutôt que de se masser sur une seule énorme.

Le deuil de votre timeline Twitter / Retrouver vos followings sur Mastodon

Je sais… C’est dur de laisser derrière soi une timeline qu’on a parfois mis plus de 10 ans à composer, tout ça pour repartir de zéro ou presque. Heureusement, il y a quelques astuces pour relativiser cette perte : 

  • Trouver vos followings Twitter sur Mastodon http://bridge.joinmastodon.org

Quand vous avez retrouvé quelques uns de vos followings, allez visiter leur liste de followings et explorer qui ils/elles suivent pour voir si un peu de pollinisation croisée peut arriver ! Voici les personnes / comptes que je suis sur Mastodon, cette liste pourrait vous inspirer.

De ma propre expérience, il va s’opérer une phase de deuil de votre ancienne timeline Twitter. Cette période inconfortable durera le temps pour vous de créer une timeline intéressante sur Mastodon. Aujourd’hui, j’utilise les deux réseaux en parallèle. J’ai « nettoyé » ma timeline Twitter pour la rendre moins anxiogène (exit les gens que je ne connaissais pas ou trop peu, les comptes d’actualité et les personnes qui, malheureusement, postaient du contenu trop difficile à lire pour moi en ces temps politiquement orageux), et garde mon compte @mcgodwinpaccard pour continuer à interagir avec les gens qui n’ont pas (encore) migré ou ceux qui ne le feront jamais.

Ajout du 26/04/2022 : à ce jour, je ne suis pas encore sûre de garder mon compte Twitter. Ma haine des milliardaires est trop forte. Je suis néanmoins encore en phase de deuil de plus d’une décennie de micro-blogging et de la communauté intéressante, diverse et active que j’y avais trouvé.

Cross-posting

Au début de votre migration, le cross-posting peut être une bonne manière de vous habituer au réseau. Beaucoup d’utilisateurs/trices de Mastodon n’y sont pas favorables, et ça se comprend. Si vous faites du cross-posting mais restez sur Twitter, ce n’est pas le but de la manœuvre. À quoi bon faire l’effort de créer un compte Mastodon pour y poster du contenu automatiquement sans jamais visiter votre timeline Mastodon ?

Je vous conseille de plutôt vous astreindre à publier sur Mastodon : vos toots publics seront ensuite publiés automatiquement sur Twitter. C’est ce que je fais pour le moment avec une simple recette IFTTT qui poste un tweet avec un lien vers mes toots (what a world to live in).

Je suis en faveur d’une transition progressive qui respecte les émotions et l’implication des personnes. Pour beaucoup d’entre nous, Twitter tient encore une grosse place dans notre affect et notre vie numérique. Cela me demande de laisser derrière moi 12+ ans de curation et de personnes passionnantes. C’est difficile de laisser derrière soi les bénéfices d’un travail si fastidieux. Quitter Twitter signifie aussi laisser derrière moi beaucoup de gens géniaux qui ne feront pas le bond vers Mastodon. Pour l’instant, j’ai conservé mon compte pour garder le contact avec ces personnes qui restent sur Twitter ou celles qui ont besoin d’aide pour effectuer leur migration.

  • Cross-posting avec IFTTT https://www.hyperborea.org/journal/2017/12/mastodon-ifttt/
  • Cross-posting facile avec https://moa.party

Créer sa propre instance

Si vous ne savez toujours pas quelle instance choisir, si vous n’en trouvez pas qui vous correspond, vous pouvez créer la vôtre. Cela demande des connaissances techniques et un peu d’investissement financier car l’hébergement vous revient. Certains fournisseurs d’hébergement proposent une installation de Mastodon en un clic à partir de quelques euros par mois. Vous pourriez ouvrir votre instance pour vous seul·e et/ou y inviter quelques ami·e·s, ou des personnes qui partagent vos intérêts. Gardez en tête que vous en seriez tout de même l’admin et que la modération vous incomberait en cas de contenu non désiré ou de comportement problématique sur votre instance.

Le luxe ultime est d’avoir VOTRE instance qui ne comportera que VOUS comme utilisateurice. Vous n’avez pas de modération à faire, vous savez où vous vous trouvez, vous pouvez néanmoins suivre n’importe qui et vous pouvez gérer finement ce qui apparaitra dans votre timeline.

  • Masto.host: un hébergeur spécialisé qui vous installe votre instance Mastodon : https://masto.host
  • Points positifs et négatifs d’avoir sa propre instance : https://twitter.com/aral/status/1030383093759336448
  • Don’t just think about how many users your server can handle but how much you can handle https://icosahedron.website/@halcy/100570750989083173

En vrai, quels sont les avantages et inconvénients de chaque outil ?

Twitter ? Aucun avantage. Je caricature, mais avec le temps, beaucoup de personnes que je connais et moi comprise constatons le délitement du réseau social sur bien des points : fonctionnalités au mieux inintéressantes, au pire inutiles poussées sans aucune raison si ce n’est celle du capitalisme de l’attention et de la croissance exponentielle, modération plus que discutable qui laisse les plus vulnérables pénalisés, bots et publicités en tous genres, timeline qui n’en est plus une puisqu’elle n’est presque plus chronologique, haute teneur en contenu haineux, faux, propagande en tous genres, soutien du CEO Jack Dorsey à des néo-nazis, manque total de direction donnée par les têtes dirigeantes de Twitter et absence également totale de perception juste du monde, je pourrais continuer des heures. Twitter est devenu « un instrument d’influence ».

Un des seuls avantages de Twitter aujourd’hui, c’est son monopole par la taille : on y trouve une quantité d’actrices et d’acteurs de toutes les industries, de tous les univers, des gens qui n’ont pas le temps ni l’occasion de se questionner sur le bien fondé de l’utilisation d’une plateforme centralisée et qui profitent de la puissance de Twitter, et c’est bien naturel. Twitter reste extrêmement fournie, intéressante, une plateforme d’information où se sont passées des choses inattendues, des plus tristes aux plus joyeuses.

Twitter, enfin, ne demande aucune connaissance technique. Vous pouvez créer un compte sur la plateforme et n’aurez à vous soucier ni de l’hébergement, ni de la puissance de votre serveur, ni de modération ou de maintenance. Cette délégation présente par contre d’immenses contreparties : vous ne décidez de rien, vous subissez autant les décisions techniques de l’entreprise que les problèmes qui peuvent toucher Twitter et la mener à péricliter.

Mastodon joue dans une toute autre catégorie. Sans vouloir vous imposer un avis trop partial, Mastodon diffère et devient plus avantageux de Twitter de par ses fonctionnalités propres autant que par ses spécificités conceptuelles :

  • d’abord, le principe de fédération : des instances indépendantes qui peuvent se parler entre elles, créant ce qu’on appelle le fediverse. Car Mastodon peut « communiquer » avec toutes les autres formes de logiciel libre qui fonctionnent sur le même protocole, le fameux Activity Pub. Cet argument peut très bien ne pas vous convaincre, et je le comprends aisément.
  • la limite de caractères bien plus tolérante que Twitter,
  • les « content warnings » intégrés by design
  • les timelines publiques / locales, 
  • les toots affichés par ordre chronologique (comme il se doit, comme il aurait toujours dû être sur Twitter, Instagram, etc.)
  • le principe d’instances qui donnent naissance à des instances thématiques, des instances régionales, locales, etc.
  • la manière dont Mastodon s’est popularisée, en accueillant en premier lieu les personnes les plus vulnérables sur Twitter, LGBTQI+, activistes, femmes, personnes racisées, etc, fait que l’esprit de base a été tout de suite plus ouvert, accueillant et respectueux.
  • cette même manière d’avoir recueilli les personnes en manque d’une plateforme capable de les contenter fait que les fauteurs de troubles sont généralement moins bien accueillis. Les personnes qui ont déjà vécu des abus, du harcèlement et des attaques seront plus enclines à immédiatement réagir devant la possibilité d’une redite.
  • le fait que Mastodon n’ait pas de « tête dirigeante », qui plus est quand celle-ci est sympathisante de personnes et d’opinions touchant à la suprématie blanche et très très privilégiée.
  • Mastodon n’a pas d’actionnaires, pas de cote en bourse, pas d’affiliation à des sociétés de publicité, pas de contenu sponsorisé, pas d’objectif capitalistique, pas de besoin de capter notre attention. C’est une véritable plateforme de partage et de connexion, comme aurait pu le rester Twitter.
  • Le fait que Mastodon donne naissance à des instances décentralisées mais fédérées donne au réseau une résilience formidable : des instances naissent et meurent, mais le réseau en lui-même est capable de s’adapter, se transformer et survivre au delà des plateformes et des serveurs, au delà des décisions de Jack Dorsey ou d’un autre pantin milliardaire.
  • le côté politique de Mastodon, laissant la possibilité à tout un chacun de créer son instance et de s’exprimer, donnant aux communautés opprimées la possibilité de créer des espaces safe.

Les désavantages se situent à deux niveaux selon moi : 

  • technique : le simple fait de comprendre le principe de la fédération et des instances, de choisir son instance peut freiner plus d’une utilisatrice, même un brin chevronnée comme moi. Quant à la possibilité de créer sa propre instance, même moi n’en suis pas capable, et j’ai confié l’hébergement et la gestion de mastodon.design à masto.host
  • philosophique : tout le monde n’est pas prêt à entendre les aspects politiques (au sens du vivre ensemble) du logiciel libre. La praticité de Twitter est encore au dessus de l’expérience Mastodon.

Articles et ressources

J’en ai disséminé tout le long de ce billet fleuve, mais vos astuces et vos liens sont les bienvenus ! N’hésitez pas à me les soumettre.